Risque accru de saignements menstruels Post-Vaccination COVID-19 : Nouvelles données

Date:

Dans une étude scientifique significative, EPI-PHARE, un groupement d’intérêt scientifique spécialisé en épidémiologie des produits de santé, a publié une étude mettant en évidence un risque accru de saignements menstruels abondants suivant la primovaccination contre le COVID-19. Cette découverte importante soulève des questions sur les effets secondaires des vaccins à ARNm.

Méthodologie rigoureuse de l’étude

L’étude a été menée à partir des données du Système national des données de santé (SNDS) couplées au Système d’information vaccin COVID (VAC-SI). Elle a inclus 4 610 femmes non enceintes, âgées de 15 à 50 ans, sans antécédents d’hystérectomie ou de troubles de la coagulation, hospitalisées pour saignements menstruels abondants entre mai 2021 et août 2022 en France. Ces cas ont été comparés à 89 375 femmes témoins.

Des résultats inquiétants

L’analyse révèle une augmentation de 20 % du risque de saignements menstruels abondants nécessitant une prise en charge hospitalière dans les 1 à 3 mois suivant la primovaccination par un vaccin à ARNm (Comirnaty ou Spikevax). Ce risque ne semble pas persister au-delà de trois mois ni après l’administration d’une dose de rappel.

Contexte réglementaire et surveillance

Ces troubles menstruels ont été ajoutés dans les résumés des caractéristiques du produit (RCP) et les notices des vaccins à ARNm en octobre 2022. L’Agence européenne des médicaments (EMA) a également reconnu les saignements menstruels abondants comme effet secondaire des vaccins Comirnaty et Spikevax en se basant sur les données de pharmacovigilance.

Implications pour la population vaccinée

Sur la base d’une relation causale potentielle, on estime à 103 le nombre de cas de saignements menstruels abondants attribuables à la primovaccination, soit un taux de 8 cas pour 1 000 000 de femmes vaccinées. Bien que ce risque soit relativement faible, il reste significatif et mérite une attention particulière.

Ces résultats fournissent des arguments supplémentaires en faveur d’un risque accru de saignements menstruels abondants dans les trois mois suivant la primovaccination avec les vaccins à ARNm contre le COVID-19. Toutefois, ils ne suggèrent pas d’augmentation de risque suite à l’administration d’une dose de rappel. Cette découverte incite à la vigilance et souligne l’importance de la surveillance continue des effets secondaires des vaccins.

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Eric GARLETTI
Eric GARLETTIhttps://media24.fr/
Je suis curieux, défenseur de l'environnement et assez geek au quotidien. De formation scientifique, j'ai complété ma formation par un master en marketing digital qui me permet d'aborder de très nombreux sujets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

La location de vélos en entreprise, un marché entre 1,5 et 2 milliards d’euros par an

Le secteur de la location de vélos en entreprise connaît un essor considérable, alimenté par des innovations telles...

L’Union Européenne investit massivement dans le combustible de ce champion français du nucléaire pour assurer sa souveraineté énergétique

L'UE investit dans un combustible nucléaire 100% européen pour sécuriser l'avenir. Framatome, leader de l'industrie nucléaire, a récemment décroché...

Ces sports bizarres que les jeunes Français adorent plus que le foot

À l'approche de la plus grande compétition sportive internationale qui se tiendra en France cet été, un intérêt...

La Suisse réinvente complètement la notion de captation de CO2 avec cette invention formidable pour purifier notre atmosphère

Le miracle du graphène : Une révolution dans la capture du CO2. La lutte contre le changement climatique mobilise...