Les Physalies : Invasion mystérieuse sur nos plages Françaises

Date:

Partager:

Les côtes de nombreux pays sont confrontées à un phénomène alarmant : une invasion de Physalies, communément appelées “carabelas portuguesas” ou Vaisseau de guerre portugais. Si leur apparence peut évoquer celle des méduses, ces organismes, loin d’être inoffensifs, suscitent de nombreuses préoccupations.

Qu’est-ce qu’une Physalie ?

La Physalie, ou Physalia physalis, intrigue autant qu’elle inquiète. À première vue, sa silhouette translucide aux tentacules filamenteux lui donne des airs de méduse. Toutefois, à y regarder de plus près, elle est bien plus complexe.

Qu'est-ce qu'une Physalie ?

Quatre type de polypes

La Physalie est une merveille de la nature qui se distingue nettement des autres siphonophores par sa morphologie et son organisation singulières. En effet, bien qu’elle soit, comme les autres siphonophorae, une colonie constituée de milliers de zoïdes – des individus fonctionnellement spécialisés – sa complexité va au-delà de cette simple définition. Ces zoïdes, comparables aux polypes ou aux méduses autonomes, sont chacun adaptés de manière spécifique, qu’il s’agisse du pneumatophore, du dactylozoïde, du gastrozoïde ou du gonozoïde. Cette interdépendance fonctionnelle fait de la Physalie un superorganisme, une entité singulière qui dépasse la somme de ses parties. Ces différents types de polypes, bien que travaillant en synergie, ne peuvent subsister indépendamment les uns des autres, illustrant la profonde symbiose qui règne au sein de cet organisme marin fascinant.

Le pneumatophore : la voile navigatrice

L’un des éléments les plus distinctifs de la Physalie est son pneumatophore, souvent appelé flotteur. Cette structure ovale, qui occupe environ 90% de son corps en eau, affiche une magnifique gamme de couleurs allant du pourpre au vert, en passant par le bleu et le violet. Mesurant entre 10 et 30 centimètres, il sert de bouée naturelle à la Physalie, lui permettant de flotter et de se déplacer à la surface de l’eau.

Le pneumatophore contient un mélange de monoxyde de carbone et d’air, lui conférant sa capacité de flottabilité. Sa partie supérieure, semblable à une voile, est utilisée par la Physalie pour se déplacer en se laissant porter par le vent. En cas de danger, elle peut éjecter l’air contenu dans son pneumatophore par un pore, lui permettant de s’immerger brièvement.

La Physalie présente une particularité étonnante : selon l’orientation de ses tentacules par rapport à sa crête, elle peut naviguer soit sur tribord soit sur babord. Ce phénomène permet une dispersion optimale des populations dans les vastes étendues océaniques.

Les redoutables tentacules dactylozoïdes

S’élançant du pneumatophore, on trouve de multiples tentacules, appelés dactylozoïdes, pouvant atteindre de 10 mètres à 50 mètres de long. Ces filaments, aux allures de perles, jouent un rôle vital dans la chasse et la défense de la Physalie.

Ces « perles » sont en réalité des nématocystes, cellules piquantes spécialisées, qui délivrent une piqûre d’une urticance extrême. Une simple effleurement peut immobiliser un banc de petits poissons, qui seront ensuite digérés par les polypes nourriciers de la Physalie, les gastrozoïdes.

Les polypes nourriciers et reproducteurs

Les gastrozoïdes, appendices digestifs de la Physalie, sécrètent des sucs qui décomposent les proies immobilisées. Ces polypes sont les seuls responsables de la digestion des proies, que ce soit par voie interne ou externe.

D’autre part, la Physalie possède également des gonozoïdes, polypes responsables de la reproduction. Ces organes émettent des gamètes, participant ainsi à la continuité de l’espèce. Chaque colonie de Physalies ne porte des gonophores que d’un seul sexe, ce qui rend leur mode de reproduction particulièrement intrigant.

Habitat & Écologie : Originaires des eaux tropicales et subtropicales, les Physalies peuvent être portées par les vents et les courants vers des eaux plus tempérées. Elles ne nagent pas activement mais sont plutôt à la merci des éléments, flottant à la surface des eaux grâce à leur flotteur.

Prédateurs : Malgré leur apparence menaçante pour l’homme, les Physalies sont la proie de plusieurs espèces marines. Les tortues de mer, notamment la tortue luth, sont parmi les principaux prédateurs naturels des Physalies. Ces tortues sont immunisées contre leur venin et les consomment régulièrement.

Venin : Le principal danger de la Physalie est son venin, contenu dans ses tentacules. Ces tentacules sont dotés de cnidocytes, des cellules spécialisées qui libèrent du venin lorsqu’elles entrent en contact avec une proie ou un agresseur. Le venin de la Physalie est puissant : il lui permet de paralyser et de capturer des poissons et d’autres petites créatures. Pour l’homme, si le contact avec une Physalie est rarement mortel, il peut néanmoins provoquer des douleurs intenses, des brûlures et, dans certains cas, des complications médicales sérieuses.

La Physalie, en dépit de son apparence délicate et de sa beauté envoûtante, est un rappel des mystères et des dangers que recèle l’océan. Elle est un exemple frappant de l’équilibre délicat de notre écosystème marin, où chaque organisme, du plus petit au plus grand, joue un rôle vital.

Pourquoi une telle présence sur nos plages ?

Pourquoi une telle présence sur nos plages ?

Plusieurs raisons expliquent cette soudaine augmentation de la présence des Physalies sur les côtes :

  1. Changements climatiques : L’augmentation de la température de l’eau due au réchauffement climatique rend les eaux plus hospitalières pour ces créatures, initialement présentes dans les régions tropicales et subtropicales.
  2. Dynamiques des courants marins : Les vents et les courants, influencés par des facteurs climatiques, peuvent pousser les Physalies vers des zones qu’elles n’habitent pas normalement.
  3. Réduction des prédateurs : La diminution du nombre de certaines espèces marines qui se nourrissent de Physalies, telles que certaines tortues, contribue également à l’augmentation de leur nombre.

Observer les cétacés au Pays Basque Français : le catamaran Atalaya d’Explore Ocean

Les dangers des Physalies

Le danger principal de la Physalie réside dans ses tentacules. Ces derniers peuvent atteindre plusieurs mètres de long et sont remplis de venin.

  1. Contact humain : En cas de contact avec la peau, les tentacules de la Physalie peuvent provoquer de vives douleurs, des brûlures, des démangeaisons et, dans certains cas, des réactions allergiques. Il est essentiel d’éviter de toucher ces créatures, même échouées sur la plage, car elles restent venimeuses même après leur mort.
  2. Menace pour la faune marine : Si les humains sont vulnérables face aux Physalies, c’est également le cas de nombreux organismes marins, surtout les petits poissons.

Que faire en cas de contact ?

  1. Ne pas frotter la peau directement avec la main
  2. Retirer les tentacules en rinçant la peau à l’eau de mer, en appliquant de la mousse à raser (à défaut du sable sec) puis en les décollant avec un carton rigide.
  3. Les conseils du CHU de Bordeaux

Face à cette invasion de Physalies sur nos plages, la vigilance est de mise. Renseignez-vous auprès des postes de secours et des autorités locales avant de vous baigner. La connaissance et la prudence sont nos meilleures alliées face à ce phénomène naturel inquiétant.

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Eric GARLETTI
Eric GARLETTIhttps://media24.fr/
Je suis curieux, défenseur de l'environnement et assez geek au quotidien. De formation scientifique, j'ai complété ma formation par un master en marketing digital qui me permet d'aborder de très nombreux sujets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

Multiples vulnérabilités découvertes dans Google Chrome : Un appel à la mise à jour immédiate

Dans le monde de la cybersécurité, la vigilance est de mise, surtout lorsqu'il s'agit de navigateurs internet largement...

Multiples vulnérabilités mises au jour dans Zimbra Collaboration : Une analyse complète

Le 28 février 2024, le CERTFR a publié l'alerte CERTFR-2024-AVI-0172, mettant en lumière de multiples vulnérabilités au sein...

Airbus Helicopters et LCI dévoilent leur nouveau partenariat Flight Path

Dans un contexte où le secteur de l'aviation cherche constamment à innover en matière de capacité, de durabilité...

Le coût caché de l’insomnie : 433 Milliards de Dollars aux USA et en France ?

Un réveil brutal pour le monde professionnel Un nouveau défi émerge dans le paysage professionnel : la gestion du...