C’est l’un des métaux précieux le plus cher au monde : 164 000 Euros/Kg

Date:

Dans le monde fascinant des métaux précieux, la quête pour déterminer le plus onéreux au kilogramme est une aventure qui nous mène à travers des territoires aux éclats variés et aux valeurs fluctuantes. Ces matières, convoitées depuis l’aube de la civilisation pour leur rareté et leur beauté, continuent de captiver l’imaginaire collectif et de jouer un rôle pivot dans divers secteurs économiques.

Le Rhodium : Le monarque des métaux précieux

Au sommet ou presque de cette hiérarchie scintillante, trône le Rhodium, un métal dont l’éclat n’a d’égal que sa rareté. Avec un prix pouvant avoisiner les 164 000 euros par kilogramme, selon les fluctuations du marché, le Rhodium se distingue non seulement par sa valeur astronomique mais aussi par sa discrétion dans la croûte terrestre. Ce métal, membre du groupe du platine, est extrait principalement en Afrique du Sud, représentant près de 80% de la production mondiale. Sa rareté, couplée à une demande soutenue, en fait un des métaux précieux les plus cher au kilogramme.

Transitionnant avec aisance :-), explorons les autres joyaux de cette couronne métallique.

Les cinq autres métaux précieux les plus chers

Parmi les prétendants au trône, plusieurs métaux précieux se distinguent par leur valeur et leur utilité.

  1. Le Platine : Avec une valeur avoisinant les 33 000 euros le kilogramme, le platine est prisé pour sa résistance à la corrosion et son rôle crucial dans les catalyseurs automobiles.
  2. L’Or : Symbole éternel de richesse, l’or, valorisé à environ 61 000 euros le kilogramme, continue de fasciner par son immuabilité et son éclat.
  3. Le Palladium : Ce métal, essentiel dans l’industrie de la bijouterie et dans la fabrication de catalyseurs, se négocie autour de 35 000 euros le kilogramme.
  4. L’Iridium : Extrêmement résistant à la corrosion et doté d’un point de fusion élevé, l’iridium, bien que moins connu, atteint des prix record de 181 000 euros le kilogramme.
  5. L’Osmium : Le plus dense des métaux précieux, avec une utilisation limitée mais significative dans des domaines de pointe, est valorisé à près de 1.330.820 euros le kilogramme.

Ces métaux, par leur rareté et leurs propriétés uniques, occupent des niches spécifiques dans l’économie mondiale, influençant des secteurs allant de la bijouterie de luxe à l’industrie spatiale.

Où trouver de l’or en France ?

À quoi sert le rhodium ?

Le Rhodium, au-delà de son statut de métal très cher, joue des rôles cruciaux dans diverses applications industrielles et technologiques. Principalement, il est utilisé comme catalyseur dans les pots catalytiques des véhicules, où il contribue à réduire les émissions nocives de gaz d’échappement en transformant les hydrocarbures, le monoxyde de carbone, et les oxydes d’azote en gaz moins polluants. De plus, en raison de son extraordinaire résistance à la corrosion et à l’oxydation, le Rhodium trouve sa place dans le revêtement de bijoux, leur conférant une finition réfléchissante et durable. En outre, ses propriétés exceptionnelles en font un candidat de choix pour les instruments optiques de haute précision et dans le traitement du cancer par radiothérapie, où il est utilisé dans certaines formes de brachythérapie.

La polyvalence du Rhodium, alliée à sa rareté, justifie amplement sa position au sommet de la pyramide des métaux précieux. Son utilisation transversale dans des domaines critiques pour le développement durable et la santé publique souligne l’importance de la recherche continue pour trouver des alternatives viables ou améliorer les méthodes d’extraction et de recyclage de ce métal précieux.

Une richesse métallique aux multiples facettes

L’univers des métaux précieux est un domaine où la beauté rencontre la fonctionnalité, où la rareté côtoie l’innovation. Le Rhodium symbolise l’apogée de cette fusion entre valeur intrinsèque et utilité industrielle. Les autres métaux précieux, bien plus ou moins onéreux, jouent également des rôles indispensables qui façonnent notre quotidien et notre avenir.

Dans cette quête incessante de matériaux qui allient éclat et fonction, la science et la technologie continuent d’ouvrir de nouvelles voies, explorant les profondeurs de la terre et les limites de la chimie. La valeur de ces métaux ne réside pas uniquement dans leur prix au kilogramme mais aussi dans leur capacité à catalyser le progrès humain, dans tous les sens du terme.

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Eric GARLETTI
Eric GARLETTIhttps://media24.fr/
Je suis curieux, défenseur de l'environnement et assez geek au quotidien. De formation scientifique, j'ai complété ma formation par un master en marketing digital qui me permet d'aborder de très nombreux sujets.

8 Commentaires

  1. Le rhodium serait le plus cher mais, dans l’article, on s’aperçoit qu’il n’est que le troisième dans la hiérarchie des prix :
    – Osmium : 1 330 820 € le kilo
    – Iridium : 180 000 € le kilo
    – Rhodium : 164 000 € le kilo

    Où est la vérité ?

  2. Les prix qui sont présentés sont ceux des produits finis, avez-vous une idée sur celui du minerai brut des trois à savoir: Osmium, Iridium et Rhodium ?

    • Bonjour,

      A notre connaissance :

      Voici quelques-unes des principales entreprises productrices de rhodium :

      Anglo American Platinum (Amplats) : Basée en Afrique du Sud, c’est le plus grand producteur mondial de platine, et par extension, un producteur significatif de rhodium. Anglo American Platinum exploite plusieurs mines en Afrique du Sud, où le rhodium est extrait comme sous-produit.

      Impala Platinum (Implats) : Également basée en Afrique du Sud, Implats est une autre grande entreprise d’extraction de platine et de métaux associés, y compris le rhodium. Elle opère dans la ceinture de Bushveld, riche en minéraux, en Afrique du Sud.

      Sibanye-Stillwater : Après l’acquisition de Stillwater Mining Company aux États-Unis, Sibanye-Stillwater, basée en Afrique du Sud, est devenue un autre grand producteur de platine et de rhodium. Elle possède et opère des installations en Afrique du Sud et aux États-Unis.

      Norilsk Nickel : Cette entreprise russe, souvent simplement appelée Norilsk, est le plus grand producteur mondial de nickel et de palladium. Elle produit également du rhodium, principalement comme sous-produit de ses opérations de nickel et de palladium.

      Northam Platinum : Une autre entreprise sud-africaine, Northam Platinum, est un producteur significatif de platine et de rhodium. Elle exploite principalement dans la province du Limpopo, en Afrique du Sud.

  3. Je reste convaincu que le processus de production de ces métaux peut être complexe, dans ce cas ne serait-ce pas mieux de penser au marché du brut avant d’envisager une usine de production?

    • La quantité exacte de rhodium exploitable sur la planète est difficile à quantifier avec précision, car cela dépend des réserves prouvées et probables, qui peuvent varier en fonction des technologies d’extraction, des prix du marché, et des découvertes de nouveaux gisements. Toutefois, les données disponibles sur les réserves de rhodium sont souvent incluses dans les estimations globales des réserves de platinoïdes, le rhodium étant l’un des métaux du groupe du platine.

      En termes de production, le rhodium est extrait en très petites quantités. Par exemple, la production mondiale annuelle de rhodium est de l’ordre de quelques dizaines de tonnes au maximum. La majeure partie de cette production provient de l’Afrique du Sud, suivie par la Russie, le Zimbabwe, et le Canada.

      Les estimations des réserves exploitables de rhodium peuvent varier, mais elles sont généralement beaucoup plus faibles que celles d’autres métaux précieux en raison de sa rareté. Les rapports annuels sur les ressources minérales et les publications spécialisées dans les métaux précieux peuvent fournir des estimations plus précises, mais ces informations peuvent ne pas être facilement accessibles sans recherches spécifiques et actualisées.

      Il est important de noter que les réserves “exploitables” dépendent non seulement de la quantité de métal présente dans le sol, mais aussi de la faisabilité économique de son extraction. Cela signifie que si le prix du rhodium augmente, des gisements jusqu’alors considérés comme non rentables peuvent devenir exploitables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

GPS de smartphone au volant, vous risquez une amende de 150€

Aujourd'hui, les smartphones sont devenus indispensables dans notre quotidien et leur utilisation s'est même étendue à nos déplacements...

Déforestation et Café : Ce que votre tasse ne vous dit pas

Le Cirad, en collaboration avec l’International Standard for Information in Coffee (ISIC), a récemment publié une étude dans...

La régulation de la shrinkflation : une nouvelle ère de transparence pour les consommateurs

La pratique commerciale controversée connue sous le nom de "shrinkflation", qui consiste à diminuer la quantité d'un produit...

Le collège Aliénor d’Aquitaine en finale du 17e Concours CGénial

Le 15 mai 2024, le collège Aliénor d'Aquitaine de Salles (Gironde) disputera la finale du 17e Concours CGénial...