Les femmes doivent-elles être nues pour entrer dans les musées ? Pourquoi les femmes artistes continuent d’être sous-représentées dans le monde de l’art

Date:

Nous vous mettons au défi de citer spontanément quelques femmes artistes exposées dans les musées. Si les prénoms masculins viennent plus facilement à l’esprit, ce n’est pas par hasard : les femmes, dans l’art comme dans bien d’autres sphères associées à une forme de pouvoir, d’influence ou de prestige, sont bien moins reconnues, exposées et étudiées que leurs homologues masculins.

Faible présence des artistes féminines dans les musées

La colère suscitée par cet état de choses bouillonnait il y a plusieurs décennies. Dans les années 1980, les Guerrilla Girls , un collectif de femmes artistes anonymes, ont contesté le manque de représentation des femmes lors de la « Rétrospective internationale de peinture et de sculpture contemporaines » du MoMa , qui visait à présenter les plus grands noms de l’art contemporain. Sur les 169 artistes sélectionnés, seuls 13 étaient des femmes, soit moins de 8 %. Les féministes poseraient une question qui sonnerait au XXIe siècle : « Les femmes doivent-elles être nues pour entrer au musée du Met ?

Selon des recherches récentes, il y a encore peu de femmes artistes dans les musées. Aux Etats-Unis en 2019, dans les 18 plus grands musées en termes de fréquentation, 87 % des artistes exposés dans les collections permanentes étaient des hommes . De même, en France, une étude de 2021 recense 93,4 % d’artistes masculins dans les catalogues des musées publics nationaux.

On pourrait rétorquer que bon nombre d’expositions européennes ont été consacrées ces derniers temps aux femmes artistes. Les Parisiens mettront en avant « Les Femmes dans l’abstraction » du Centre Pompidou (mai-août 2021) ou les « Pionnières » du Musée du Luxembourg , tandis que les Madrilènes peuvent se vanter de « Femmes maîtres, anciennes et modernes » (octobre 2023-février 2024), une rétrospective de la période allant de la fin du XVIe siècle aux premières décennies du XXe siècle, organisée par l’historienne de l’art espagnole Rocío de la Villa. À Hambourg, « Femmes ingénieuses » (octobre 2023-janvier 2024) a retracé la carrière de femmes artistes du 16e au 20e siècle. au XVIIIe siècle, plaçant leurs œuvres aux côtés de celles de leurs pères, frères, maris et collègues peintres.

En fait, une telle prolifération ne fait que souligner le problème de l’inégalité entre les sexes : les artistes masculins n’ont pas besoin d’être associés à une catégorie spécifique pour faire l’objet d’expositions thématiques ou monographiques. Ils ont eu presque tout l’espace pour eux pendant des siècles. Pour corriger cette inégalité, des efforts sont déployés pour mettre en lumière les femmes en créant des expositions qui leur sont dédiées. Mais comme le soulignait un article du quotidien de l’art en 2021 :

« Ce genre d’initiative risque de regrouper des artistes qui n’ont pas grand-chose en commun autre que leur genre et de les réduire à la même catégorie. »

Pourquoi les femmes sont-elles si rarement représentées dans les musées ? La difficulté qu’ont les femmes artistes à trouver leur place dans les catalogues des musées d’art n’est pas sans rappeler la difficulté qu’ont les femmes à briser le plafond de verre du monde de l’entreprise.

Ce sujet étant désormais bien documenté dans la littérature sur le management, on peut tenter de faire un parallèle avec les raisons de la faible représentation des femmes artistes dans les catalogues des musées et des salles d’exposition.

Stéréotypes et présomption d’inaptitude

Un premier élément d’explication semble lié aux stéréotypes de genre, avec la présomption selon laquelle les femmes sont inaptes à créer de l’art « officiel ». Historiquement, en France, l’art était légitimé par l’Académie royale de peinture et de sculpture, créée par le cardinal Mazarin en 1648, qui organisait un salon, exposition annuelle des artistes officiels, validée par les juges de l’Académie. C’est là que l’État achetait des œuvres pour les exposer dans les musées . Entre 1800 et 1830, les femmes ne représentent pas moins de 14 % des exposants du salon, mais seulement 1,74 % dans les catalogues des musées de l’époque, faute de briser le plafond de verre fixé par les experts masculins de l’Académie.

De nos jours, l’accès des femmes aux postes stratégiques dans les organisations continue de dépendre fortement de l’évaluation de leurs homologues masculins. Depuis les années 1970, de nombreuses études ont montré que les caractéristiques « masculines » sont plus largement associées au type idéal de leader. Malgré le nombre croissant de femmes dans les affaires et dans le monde universitaire, ces stéréotypes sont relativement stables, en particulier chez les hommes qui perçoivent les femmes comme inadaptées aux postes de direction stratégiques .

« Pensez artiste, pensez homme »

Comme le note Trasforini :

“En art, on associe l’auteur, l’homme, le faiseur, tandis que la femme est ‘auteur’ non pas d’une œuvre mais d’un produit utile et souvent collectif.”

Notre association instinctive du génie artistique avec le genre masculin découle d’une tendance plus large à associer les rôles de leadership aux hommes – un phénomène psychologique connu sous le nom de « Think manager, think man » . Notre étude de 2018 rejoint ce point de vue, soulignant que les qualités d’un leader sont notamment associées à des caractéristiques dites « masculines ». En revanche, les personnes interrogées pensaient que les femmes n’avaient pas la capacité d’action (détermination, confiance, indépendance, etc.) nécessaire pour devenir des leaders compétentes.

Cette assimilation homme-leader, homme-artiste alimente un cercle vicieux qui éloigne les femmes des postes de pouvoir dans les entreprises et les projets ambitieux du monde de l’art.

Accès différencié aux opportunités

Même si un petit nombre de femmes artistes parviennent à être exposées dans les musées, elles restent historiquement majoritairement cantonnées à des genres picturaux moins prestigieux (portraits, natures mortes, miniatures). L’Académie établit une hiérarchie des genres , avec en tête la peinture d’histoire, représentant des figures héroïques, et le « petit genre », représentant des sujets intimistes ou légers, suivis du paysage et de la nature morte.

Longtemps écartées de la sculpture, de l’étude du nu et des grands genres de la peinture, plusieurs femmes artistes, comme Elisabeth Vigée Le Brun et Rosalba Carriera , ont néanmoins marqué leur empreinte dans le portrait. Or, plus les femmes se consacraient à cet art « modeste », moins elles étaient exposées et moins leurs œuvres étaient portées à la postérité, c’est-à-dire exposées dans les musées.

Réseau et influence

Au-delà du genre de l’art, de l’œuvre et du talent, la reconnaissance et la qualité d’une œuvre dépendent beaucoup des opportunités dont elle dispose pour rencontrer le public et des ressources financières et humaines dont dispose l’artiste. Le rapport Prat (2009) souligne cette réalité peu favorable aux femmes en raison de leur accès limité aux réseaux permettant le partage des savoir-faire, des moyens de production et des outils de travail.

L’accès inégal aux réseaux professionnels et aux personnes influentes limite les opportunités de développement, de visibilité et de reconnaissance des femmes artistes. Les réseaux sociaux masculins , générateurs de solidarités actives, n’ont pas d’équivalent féminin, ou seulement marginal. L’accès aux institutions et aux expositions leur échappe de leur vivant ; et une fois partis, leurs œuvres n’ont plus accès aux archives et ne peuvent donc pas éveiller l’intérêt des conservateurs.

De même, pour accéder à des postes stratégiques dans les entreprises, il est nécessaire de faire partie de réseaux d’influence afin de tisser des liens, de construire du capital social et de pouvoir saisir les opportunités et émerger comme leader. Par rapport aux hommes, les femmes ont plus de difficulté à accéder aux réseaux professionnels, ce qui limite leur accès aux postes de direction . Des études montrent que les femmes ont également moins accès à des sponsors et mentors influents qui peuvent les aider à accélérer leur carrière et à accéder à des postes de direction .

Malgré l’égalité d’accès à l’éducation, les chances restent inégales : les femmes artistes représentent 60 % des élèves en France, mais seulement 10 % des artistes primés .

Il est temps de briser ce cercle vicieux qui minimise les femmes aussi bien dans les positions de pouvoir que dans les musées, et de (re)poser la question « Où sont les femmes ? .

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article d’origine.

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Eric GARLETTI
Eric GARLETTIhttps://media24.fr/
Je suis curieux, défenseur de l'environnement et assez geek au quotidien. De formation scientifique, j'ai complété ma formation par un master en marketing digital qui me permet d'aborder de très nombreux sujets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

Une entreprise recrée le costume de Dune qui transforme l’urine et la sueur en eau potable et ça marche !

Ce costume futuriste est capable de transformer l'urine, la sueur et même le souffle de celui qui le...

Du verre réalisé à partir de cette plante : Découvrez pourquoi c’est une révolution industrielle sous-estimée

Face à la crise écologique et au besoin urgent de trouver des solutions durables, une équipe de scientifiques...

Les laits végétaux sont-ils bons pour la santé ?

Les laits végétaux, tels que le lait d'amande, de soja, de riz et d'avoine, connaissent une popularité croissante....

WEKA, la nouvelle licorne de la technologie de données est valorisée à 1,6 milliard de dollars

WekaIO (WEKA), société avant-gardiste dans les plateformes de données pour l'intelligence artificielle, a récemment finalisé une levée de...