Les loups mutants de Tchernobyl développent des capacités anti-cancéreuses 35 ans après la catastrophe nucléaire

Date:

Partager:

Au-delà de leur rôle d’animaux de travail et de compagnie, le chien domestique (Canis lupus familiaris) nous aide également à comprendre le cancer. Il s’avère que nos fidèles compagnons tombent malades et combattent le cancer d’une manière plus similaire aux humains qu’aux souris de laboratoire habituelles. De manière surprenante, cela fait de l’étude de leurs cousins plus sauvages, le loup gris (Canis lupus), un choix excellent pour comprendre comment nous pourrions un jour traiter le cancer. Esotérique et complexe, les scientifiques ne peuvent pas simplement sortir et enquêter sur la meute de loups du quartier pour obtenir des réponses. Au lieu de cela, ils doivent se rendre là où les loups et le cancer sont sûrs de se rencontrer.

Tchernobyl, un laboratoire à ciel ouvert

En 1986, l’explosion d’un réacteur nucléaire à la centrale de Tchernobyl a libéré dans l’environnement des radiations et des débris irradiés cancérigènes, entraînant le pire accident nucléaire de l’histoire. La Zone d’Exclusion de Tchernobyl (ZET), une parcelle de 2600 km² des environs, exposée de manière chronique à la radiation et abandonnée par les humains, a été recolonisée par la faune et la flore, y compris les chevaux, les loups, les forêts et les champignons. Cara Love, biologiste évolutionniste et écotoxicologue dans le laboratoire de Shane Campbell-Staton à l’Université de Princeton, a combiné sa passion pour la conservation et les solutions basées sur la nature pour étudier comment les loups de Tchernobyl survivent et prospèrent malgré des générations d’exposition et l’accumulation de particules radioactives dans leurs corps.

Des découvertes prometteuses

En 2014, Love et ses collègues se sont rendus dans la ZET, ont équipé des loups de colliers radio et ont prélevé leur sang pour comprendre la réponse des loups aux radiations cancérigènes. Grâce à ces colliers GPS spécialisés munis de dosimètres de radiation, “nous obtenons des mesures en temps réel de leur position et de la quantité [de radiation] à laquelle ils sont exposés”, a déclaré Love. Ils ont découvert que les loups de Tchernobyl sont exposés à plus de 11.28 millirems de radiation chaque jour de leur vie, soit plus de 6 fois la limite de sécurité légale pour un travailleur humain moyen.

Contrairement aux loups vivant exclusivement en dehors de la ZET, Love a découvert que les loups de Tchernobyl ont des systèmes immunitaires modifiés, similaires à ceux des patients cancéreux subissant un traitement par radiation. Et le plus prometteur, elle a identifié des régions spécifiques du génome du loup qui semblent résilientes à un risque accru de cancer. La plupart des recherches humaines ont trouvé des mutations augmentant le risque de cancer (comme le fait le gène BRCA avec le cancer du sein), mais le travail de Love espère identifier des mutations protectrices qui augmentent les chances de survie au cancer. Il semble même que la famille de Fido a de nouveaux tours à nous enseigner.

Défis et espoirs

Tragiquement, la COVID-19 et la guerre en cours dans la région ont empêché Love et ses collaborateurs de retourner dans la ZET depuis. “Notre priorité est que les personnes et les collaborateurs là-bas soient aussi en sécurité que possible”, dit-elle. Bien que l’éthique de travail de Love soit inébranlable et les résultats alléchants, le véritable danger pour les amis et les collègues souligne qu’aucune recherche ne se déroule dans le vide, même lorsqu’elle est menée dans une zone aussi isolée et abandonnée que Tchernobyl. Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, la ZET est peut-être devenue encore plus dangereuse, des militants ayant posé des mines terrestres dans ces champs déjà irradiés. C’est un travail prometteur et dangereux dans un avenir incertain.

Love présentera ce travail lors de la réunion annuelle de la Société de Biologie Intégrative et Comparée à Seattle, Washington, en janvier 2024.

Source de l’article : https://www.newswise.com/articles/mutant-chernobyl-wolves-evolve-anti-cancer-abilities-35-years-after-nuclear-disaster

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Eric GARLETTI
Eric GARLETTIhttps://media24.fr/
Je suis curieux, défenseur de l'environnement et assez geek au quotidien. De formation scientifique, j'ai complété ma formation par un master en marketing digital qui me permet d'aborder de très nombreux sujets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

L’arnaque du colis vide : un fléau grandissant sur les plateformes de revente en ligne

La prolifération de l'escroquerie du colis vide sur Vinted Depuis quelques mois, la célèbre plateforme de revente de vêtements...

Scenic E-Tech Electric : La révolution de Renault couronnée voiture de l’Année 2024

Une victoire méritée au salon de l'automobile de Genève Lundi 26 février, le monde de l'automobile a été témoin...

Nouvelle découverte : Il est possible de transformer les déchets de brasserie en matériaux biodégradables

La transformation des déchets en ressources précieuses n'est plus une utopie mais une réalité tangible, comme le démontrent...

Cartes Pokémon : le nouvel Eldorado des collectionneurs ?

Vous voulez lier l’utile à l’agréable ? Voici nos conseils afin de vous lancer dans le monde exaltant...