Bientôt tous sous l’eau ? L’inquiétant rapport du Cerema sur l’érosion en France

Date:

Face à l’urgence climatique qui frappe de plein fouet nos côtes, le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Christophe Béchu, a mis en lumière les défis imminents posés par l’érosion côtière.

À l’aube de la présentation du Plan d’adaptation au changement climatique, cette problématique est plus que jamais au centre des préoccupations. Grâce aux travaux réalisés par le Cerema, l’heure est à l’anticipation pour les territoires littoraux français, menacés par le recul du trait de côte et l’élévation du niveau de la mer. La solidarité nationale et une réflexion collective s’imposent pour préparer l’avenir de ces zones.

Lire aussi :

L’érosion côtière en chiffres : Une Réalité Inquiétante

Le Cerema, à travers ses études détaillées, a mis en avant des scénarios alarmants concernant l’érosion côtière en France, y compris dans les départements et régions d’Outre-mer. Avec un millier de bâtiments, principalement résidentiels et commerciaux, estimés à une valeur vénale d’environ 235 millions d’euros menacés à court terme, les chiffres sont éloquents. Ces prévisions s’aggravent à l’horizon 2050 et 2100, avec respectivement 5 200 logements et près de 450 000 logements menacés, révélant l’ampleur de la menace à long terme.

Les véhicules électriques, un mirage écologique ?

Scénarios à l’horizon 2028, 2050 et 2100

Le Cerema propose trois principaux scénarios d’évolution de l’érosion côtière, à différentes échéances : 2028, 2050 et 2100. Ces projections varient de scénarios modérés à des scénarios extrêmes d’inaction, avec une disparition complète des structures de défense côtière. À l’horizon 2100, la situation pourrait devenir dramatique avec 450 000 logements, 55 000 locaux d’activités et des infrastructures vitales comme 1 800 km de routes et 240 km de voies ferrées potentiellement impactés.

Échéance Impact sur les Bâtiments Impact sur les Logements Impact sur les Locaux d’Activité Valeur Vénale Estimée
2028 1 000 bâtiments (résidentiels et commerciaux) 235 M€
2050 5 200 logements (dont 2 000 résidences secondaires) 1 400 locaux d’activité 1,22 Md€ (1,1 Md€ pour les logements + 120 M€ pour les locaux d’activité)
2100 450 000 logements 55 000 locaux d’activités 94 Md€ (86 Md€ pour les logements + 8 Md€ pour les locaux d’activité)

 

Les Travaux du Conseil national du trait de côte

Les travaux menés par le Conseil national du trait de côte jouent un rôle crucial dans l’élaboration de stratégies d’adaptation. Ces efforts collectifs visent à intégrer les données récentes dans la préparation du troisième Plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC 3). Ces travaux s’appuient sur une approche globale, allant de la mise à jour des indicateurs nationaux du trait de côte à l’appui aux collectivités pour leurs cartographies locales.

L’Importance de la prévention et de l’adaptation

L’accent est mis sur la nécessité d’une prévention efficace et d’une adaptation des territoires littoraux aux défis futurs. Le Cerema et le Conseil national du trait de côte mettent en lumière l’importance d’une connaissance approfondie des mécanismes d’érosion et de la mise en œuvre de mesures concrètes pour limiter les impacts dévastateurs du changement climatique sur les zones côtières.

Solidarité nationale et actions locales

La solidarité nationale et les actions locales apparaissent comme des leviers essentiels pour faire face à l’érosion côtière. La valorisation des initiatives régionales, en parallèle des directives nationales, est cruciale pour une gestion efficace et personnalisée des risques. Les collectivités jouent un rôle primordial dans la mise en place de stratégies d’adaptation locales, en synergie avec les orientations nationales.

Quel avenir pour toutes ces zones à risques ?

L’enjeu majeur reste la capacité à anticiper et à s’adapter aux changements à venir. L’érosion côtière, accélérée par le changement climatique, requiert une mobilisation générale, allant des autorités nationales aux acteurs locaux. Les travaux en cours et les scénarios proposés par le Cerema sont des outils précieux pour préparer les territoires littoraux à affronter ces défis avec résilience.

Cette invention majeure va-t-elle remettre les moteurs thermiques à la mode ?

Cet article explore l’urgence de l’adaptation des territoires littoraux français face à l’érosion côtière, en s’appuyant sur les travaux récents du Cerema et les scénarios nationaux présentés par Christophe Béchu. Il met en lumière l’importance de la solidarité nationale et des actions collectives pour anticiper et atténuer les impacts potentiellement dévastateurs du changement climatique sur nos côtes. Les efforts de prévention et d’adaptation, au niveau local comme national, sont cruciaux pour protéger ces zones vulnérables et assurer leur durabilité pour les générations futures.

Sources : Cerema

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Guillaume AIGRON
Guillaume AIGRON
Très curieux et tourné vers les nouvelles technologies, je vous propose de vous faire profiter de mon expertise pour tous les enjeux touchant au monde de l'entreprenariat et de l'assurance (milieu dans lequel j'ai évolué pendant de nombreuses années).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

Quelles sont les 10 personnes les plus riches du monde ?

Ces milliardaires, souvent à la tête d'empires commerciaux ou technologiques, influencent considérablement l'économie mondiale. En 2024, le classement...

Comment se débarrasser des pucerons de façon naturelle

Les pucerons, bien qu'ils soient de minuscules insectes, peuvent causer des dégâts considérables aux plantes, affaiblissant ainsi les...

Le management au féminin : Entre progrès et persistances de sexisme

Une étude récente menée par l'IFOP pour le compte de l'entreprise Hostinger et l'agence de data FLASHS a...

Maisons fissurées : 20 millions de français exposés

L'augmentation des cas de maisons fissurées en France, associée au phénomène de "retrait-gonflement des argiles" (RGA), met en...