Le mystère des baleines grises puantes de Tchoukotka enfin résolu!

Date:

Partager:

Depuis des décennies, les baleines grises de Tchoukotka sont au cœur d’un mystère intrigant. Certains de ces géants des mers dégagent une odeur médicinale si forte qu’elle les rend impropres à la consommation. Grâce à des avancées technologiques récentes, les scientifiques pensent avoir enfin découvert la cause de cette odeur désagréable.

Lire aussi :

  1. Nos mers deviennent-elles des cocktails chimiques mortels pour les cétacés ?
  2. Observation des cétacés au Pays Basque : Une aventure maritime inoubliable
  3. Océans en danger : Les Mammifères Marins intoxiqués par nos déchets chimiques jusqu’en Arctique !

Histoire et contexte

Les baleines grises ont toujours été une source de nourriture vitale pour les peuples autochtones de Tchoukotka, tels que les Tchouktches et les Inuits. Ces communautés dépendent de la chasse à la baleine pour leurs besoins alimentaires, culturels et économiques. Cependant, dans les années 1990, les chasseurs ont dû adapter leurs méthodes en raison de la cessation des activités du navire de chasse “Zvezdniy”. C’est alors qu’ils ont commencé à remarquer un phénomène étrange: certaines baleines avaient une odeur si forte et désagréable qu’elles étaient inmangeables.

Les baleines “puantes”: un problème de santé publique

Cette odeur, souvent décrite comme “médicinale” ou “iodoformique”, n’était pas seulement désagréable. Les personnes qui ont tenté de manger la viande de ces baleines ont signalé des symptômes inquiétants, tels que des engourdissements dans la bouche, des éruptions cutanées et des maux d’estomac. De plus, toutes les parties de la baleine, de la viande au lard, étaient touchées par cette odeur.

Les hypothèses

Les causes de cette odeur ont longtemps été un sujet de spéculation. Certains ont suggéré que les baleines avaient été exposées à des biotoxines, tandis que d’autres ont évoqué des déversements d’hydrocarbures ou l’ingestion de médicaments. Cependant, aucune de ces théories n’avait été confirmée par des études scientifiques jusqu’à récemment.

La découverte

Une étude récente a utilisé des techniques d’analyse avancées pour examiner les tissus des baleines “puantes”. Les chercheurs ont utilisé la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse pour identifier les composés chimiques présents. Et ce qu’ils ont découvert était surprenant.

Les bromophénols, et plus particulièrement le 2,6-dibromophénol, semblent être les coupables. Ces composés sont présents en grande quantité dans certaines proies des baleines grises, comme les polychètes. Ainsi, selon la région et la disponibilité des proies, les baleines qui se nourrissent davantage de polychètes accumulent de plus grandes quantités de bromophénols dans leurs tissus, ce qui les rend “puantes”.

Quelles sont les espèces de baleines que l’on peut voir en France?

Implications pour les communautés locales

Cette récente découverte a des implications majeures pour les communautés de Tchoukotka. En identifiant la source du problème, les chasseurs peuvent désormais mieux choisir leurs zones de chasse pour éviter les baleines qui se nourrissent principalement de polychètes, réduisant ainsi le risque de tomber sur une baleine “puante”. De plus, cette connaissance pourrait aider à éduquer les communautés sur les dangers potentiels de consommer ces baleines, réduisant ainsi les risques pour la santé publique. Cette découverte pourrait également renforcer le lien entre les communautés locales et les chercheurs, montrant à quel point la collaboration peut être bénéfique pour résoudre les mystères locaux.

L’importance de la recherche environnementale

Ce mystère des baleines grises de Tchoukotka met en lumière l’importance de la recherche environnementale. Les écosystèmes marins sont complexes et interdépendants, et même un petit changement peut avoir des effets en cascade. En comprenant mieux les interactions entre les prédateurs, comme les baleines, et leurs proies, nous pouvons mieux anticiper et répondre aux défis écologiques. Cette étude montre également l’importance de la technologie moderne dans la résolution des problèmes environnementaux, prouvant une fois de plus que la science et la technologie sont des outils essentiels pour la préservation de notre planète.

En clair

Les bromophénols, spécifiquement le 2,6-dibromophénol, semblent être au cœur de l’étrange phénomène des baleines grises “puantes” de Tchoukotka. Même si les amphipodes et les polychètes constituent les proies principales de ces baleines, les polychètes se distinguent par leurs concentrations élevées en bromophénols. La prédominance des amphipodes ou des polychètes dans certaines régions côtières conduit les baleines à privilégier les polychètes, s’imprégnant ainsi de bromophénols. Cette découverte éclaire un mystère qui a longtemps préoccupé la communauté scientifique et les chasseurs locaux. Pour approfondir cette compréhension, des études complémentaires, telles qu’une analyse du contenu stomacal des baleines et l’examen des teneurs en bromophénol des différentes proies, s’avèrent nécessaires. La technologie moderne, notamment les spectromètres de masse associés à des logiciels d’analyse avancés, joue un rôle crucial en offrant des outils précis pour identifier des composés inconnus dans des mélanges complexes.

Après des années d’incertitude et de spéculation, le mystère des baleines grises puantes de Tchoukotka semble enfin résolu. Cette découverte met non seulement fin aux rumeurs et aux inquiétudes de la population locale, mais elle offre également une meilleure compréhension de l’interaction entre les baleines grises et leur environnement. Une fois de plus, la science nous montre à quel point la nature est complexe et interconnectée.

En résumé :

  • Les bromophénols, en particulier le 2,6-dibromophénol, sont à l’origine de l’odeur des baleines “puantes” de Tchoukotka.
  • Les polychètes, proies des baleines, contiennent des concentrations élevées de bromophénols contrairement aux amphipodes.
  • La variation de l’alimentation des baleines selon les régions côtières influence leur teneur en bromophénols.
  • Des études supplémentaires, comme l’analyse du contenu stomacal, sont nécessaires pour une compréhension approfondie.
  • La technologie moderne, telle que les spectromètres de masse, est essentielle pour identifier ces composés dans des mélanges complexes.
Source de l'étude :
Olga V. Polyakova, Olga A. Filatova, Ivan D. Fedutin, Denis I. Litovka, Bauyrzhan Bukenov, Vyacheslav B. Artaev, Elizabeth M. Humston-Fulmer, Joe Binkley, Dmitry S. Kosyakov, Albert T. Lebedev, Solving the mystery of the Chukotka stinky gray whales, Chemosphere,
Volume 315, 2023, 137785, ISSN 0045-6535, https://doi.org/10.1016/j.chemosphere.2023.137785

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Eric GARLETTI
Eric GARLETTIhttps://media24.fr/
Je suis curieux, défenseur de l'environnement et assez geek au quotidien. De formation scientifique, j'ai complété ma formation par un master en marketing digital qui me permet d'aborder de très nombreux sujets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

Multiples vulnérabilités découvertes dans Google Chrome : Un appel à la mise à jour immédiate

Dans le monde de la cybersécurité, la vigilance est de mise, surtout lorsqu'il s'agit de navigateurs internet largement...

Multiples vulnérabilités mises au jour dans Zimbra Collaboration : Une analyse complète

Le 28 février 2024, le CERTFR a publié l'alerte CERTFR-2024-AVI-0172, mettant en lumière de multiples vulnérabilités au sein...

Airbus Helicopters et LCI dévoilent leur nouveau partenariat Flight Path

Dans un contexte où le secteur de l'aviation cherche constamment à innover en matière de capacité, de durabilité...

Le coût caché de l’insomnie : 433 Milliards de Dollars aux USA et en France ?

Un réveil brutal pour le monde professionnel Un nouveau défi émerge dans le paysage professionnel : la gestion du...