Ils ont fait de ce défaut une force pour la maitrise de la fusion nucléaire

Date:

PPPL, maître de l’art du plasma : une nouvelle ère pour l’énergie de fusion.

Le Plasma Physics Laboratory (PPPL), niché sur le campus de Forrestal de l’Université de Princeton à Plainsboro, New Jersey, est à l’avant-garde de l’utilisation du plasma – le quatrième état de la matière – pour relever certains des défis scientifiques et technologiques les plus ardus au monde. Ce laboratoire, qui éclaire l’innovation dans divers domaines tels que l’énergie de fusion, la fabrication à l’échelle nanométrique, les matériaux et dispositifs quantiques, ainsi que la science de la durabilité, est géré par l’Université au nom de l’Office of Science du Département de l’Énergie des États-Unis. C’est le plus grand soutien du pays à la recherche fondamentale dans les sciences physiques.

Lire aussi :

Une révolution dans le contrôle du plasma

Récemment, des scientifiques du PPPL ont inspiré une nouvelle méthode pour gérer le plasma, utilisé comme source d’énergie. Cette approche utilise les imperfections des champs magnétiques, qui confinent la réaction, pour améliorer et renforcer le plasma. Cette technique, illustrée dans une publication récente de la revue Nature Communications, marque une avancée significative dans la recherche sur l’énergie de fusion et donc d’une énergie propre et écologique.

Naissance du nouveau champion mondial de la fusion nucléaire en France ?

Les champs d’erreur au service de la stabilité

Les champs d’erreur, souvent considérés comme des nuisances, sont causés par de minuscules défauts dans les bobines magnétiques des tokamaks, appareils destinés à contenir le plasma. La nouvelle méthode consiste à ajuster ces champs d’erreur pour optimiser la correction et améliorer la stabilité du plasma sous différentes conditions. Cette stratégie représente une percée majeure dans la compréhension et la gestion des instabilités du plasma.

Une approche doublement efficace

L’une des plus grandes difficultés de la gestion d’une réaction de fusion est de contrôler simultanément le cœur et le bord du plasma. L’étude démontre que l’ajustement des champs d’erreur peut stabiliser ces deux zones en même temps, permettant de maintenir les conditions idéales pour la fusion sans perturber la performance globale du plasma.

Des implications au-delà du KSTAR

La recherche a été menée avec le tokamak KSTAR en Corée du Sud, reconnu pour sa capacité à ajuster sa configuration de champ d’erreur magnétique. Cette flexibilité est essentielle pour tester différentes configurations et trouver les plus efficaces pour la stabilisation du plasma. Ce travail ouvre des perspectives pour la conception de futurs réacteurs de fusion.

Intégration de l’intelligence artificielle

L’équipe de recherche travaille actuellement sur une version pilotée par intelligence artificielle de leur système de contrôle. Cette innovation pourrait accélérer le traitement des données complexes et permettre une régulation en temps réel du plasma, une avancée cruciale pour l’efficacité et la fiabilité des futurs tokamaks.

Des partenariats internationaux fructueux

La réussite de ce projet est le résultat d’une collaboration internationale impliquant des chercheurs du Korea Institute of Fusion Energy, de l’Université de Columbia, et de l’Université nationale de Séoul. Ces partenariats soulignent l’importance de la coopération internationale dans la recherche avancée sur l’énergie de fusion.

Perspectives et défis futurs

Bien que prometteuse, la voie vers une énergie de fusion viable et durable est semée d’embûches et de défis techniques. La recherche du PPPL offre un éclairage précieux sur la manière de surmonter certains de ces obstacles, notamment en améliorant la stabilité du plasma, mais des questions demeurent quant à l’application à grande échelle et au financement continu des recherches futures.

Un avenir “radieux” de la fusion ?

La recherche menée par le PPPL et ses partenaires représente un pas significatif vers la réalisation de l’énergie de fusion comme source d’énergie propre et inépuisable. Les prochaines étapes comprendront des améliorations techniques, des tests supplémentaires et l’intégration de solutions d’intelligence artificielle pour optimiser davantage le contrôle du plasma.

Ce que fait cette entreprise est-il le tournant tant attendu pour la révolution écologique en France ?

Cet article explore le rôle pionnier du Plasma Physics Laboratory (PPPL) dans le développement de nouvelles méthodes pour stabiliser le plasma utilisé dans la fusion nucléaire. Grâce à une approche innovante qui tire parti des imperfections des champs magnétiques, les chercheurs ont réalisé des avancées significatives dans la maîtrise du plasma, ouvrant ainsi la voie à des applications futures dans le domaine de l’énergie de fusion et au-delà.

Source : https://www.newswise.com/doescience/one-way-to-improve-a-fusion-reaction-use-weaknesses-as-strengths/?article_id=807877

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Guillaume AIGRON
Guillaume AIGRON
Très curieux et tourné vers les nouvelles technologies, je vous propose de vous faire profiter de mon expertise pour tous les enjeux touchant au monde de l'entreprenariat et de l'assurance (milieu dans lequel j'ai évolué pendant de nombreuses années).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

GPS de smartphone au volant, vous risquez une amende de 150€

Aujourd'hui, les smartphones sont devenus indispensables dans notre quotidien et leur utilisation s'est même étendue à nos déplacements...

Déforestation et Café : Ce que votre tasse ne vous dit pas

Le Cirad, en collaboration avec l’International Standard for Information in Coffee (ISIC), a récemment publié une étude dans...

La régulation de la shrinkflation : une nouvelle ère de transparence pour les consommateurs

La pratique commerciale controversée connue sous le nom de "shrinkflation", qui consiste à diminuer la quantité d'un produit...

Le collège Aliénor d’Aquitaine en finale du 17e Concours CGénial

Le 15 mai 2024, le collège Aliénor d'Aquitaine de Salles (Gironde) disputera la finale du 17e Concours CGénial...