Pourquoi existe-t-il une différence de pression artérielle entre les hommes et les femmes ? Cette étude a peut-être la solution

Date:

Une récente étude menée par l’équipe de recherche de la Johns Hopkins Medicine met en lumière une éventuelle explication des différences de pression artérielle entre hommes et femmes.

Cet article, initialement publié le 19 mars 2024, suggère que la présence d’un “capteur d’odeur” spécifique, le récepteur olfactif Olfr558, pourrait jouer un rôle crucial dans la régulation de la pression artérielle et expliquer les variations observées entre les sexes.

Lire aussi :

Les fondements de la recherche sur le récepteur olfactif Olfr558

La pression artérielle représente un indicateur de santé crucial, variant traditionnellement entre les hommes et les femmes. Chez les souris et les humains pré-ménopausés, les femmes affichent généralement une pression artérielle inférieure de 10 points, tant diastolique que systolique, par rapport aux hommes. Des études antérieures ont suggéré que les hormones sexuelles pourraient influencer ces différences, mais les mécanismes biologiques précis restaient flous. L’équipe de Johns Hopkins, dirigée par Jennifer Pluznick, Ph.D., s’est donc intéressée aux récepteurs olfactifs, en particulier Olfr558 (OR51E1 chez l’humain), traditionnellement associés à la détection des odeurs mais ici impliqués dans un tout autre rôle.

Et si se curer le nez était bon pour la santé ?

La découverte du récepteur

La recherche a d’abord mis en lumière la localisation de Olfr558 dans différentes parties du corps, en dehors des cellules nasales traditionnellement responsables de la détection des odeurs. Leurs découvertes ont révélé que ce récepteur était présent dans les cellules des vaisseaux sanguins du rein et dans les cellules granulaires juxtaglomérulaires, impliquées dans la sécrétion de la rénine, hormone régulatrice de la pression artérielle.

Implications de Olfr558 sur la pression artérielle

En analysant les souris femelles et mâles, l’équipe a constaté que l’absence du gène codant pour le récepteur Olfr558 entraînait une augmentation de la pression artérielle chez les femelles et une diminution chez les mâles, éliminant ainsi les différences de pression artérielle liées au sexe. Cette observation soulève des questions quant au rôle du récepteur dans la régulation de la pression artérielle et les mécanismes sous-jacents, notamment la rigidité des vaisseaux sanguins et les niveaux d’hormone rénine.

L’étude humaine et ses implications

L’équipe a également examiné les données génomiques de la U.K. Biobank, se concentrant sur les individus présentant une variation rare du récepteur OR51E1. Les résultats ont montré que les personnes de moins de 50 ans, tant hommes que femmes, avec cette variation génétique ne présentaient pas les différences typiques de pression artérielle liées au sexe. Cette découverte suggère que la variation ou l’absence du récepteur pourrait influencer directement la régulation de la pression artérielle.

Perspectives et futures recherches

Malgré ces découvertes prometteuses, l’équipe de Johns Hopkins souligne que les mécanismes précis reliant directement le récepteur olfactif à la variation de la pression artérielle restent à élucider. Les recherches futures viseront à identifier les types de cellules spécifiques impliqués et à comprendre comment ils influencent la pression artérielle chez les hommes et les femmes.

Répercussions cliniques potentielles

Cette étude ouvre la voie à une compréhension plus approfondie des différences de pression artérielle entre les sexes et pourrait, à terme, influencer les directives cliniques pour le traitement de l’hypertension. Une meilleure compréhension de la biologie fondamentale de ces différences permettrait d’adopter des approches thérapeutiques plus ciblées et personnalisées.

Le régime méditerranéen : un secret pour une bonne santé

Cet article explore les découvertes récentes concernant les récepteurs olfactifs et leur lien inattendu avec la pression artérielle, mettant en lumière une possible explication des variations observées entre les sexes.

Source: Science

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Guillaume AIGRON
Guillaume AIGRON
Très curieux et tourné vers les nouvelles technologies, je vous propose de vous faire profiter de mon expertise pour tous les enjeux touchant au monde de l'entreprenariat et de l'assurance (milieu dans lequel j'ai évolué pendant de nombreuses années).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

Kyo : Première historique au Canada et toutes les dates de la prochaine tournée par ville en France

Cette série de concerts est remarquable, notamment parce qu'elle inclut la première apparition du groupe au Canada, un...

Le visualiseur flexible HD Pro pour dynamiser l’apprentissage dans les classes de primaire

L'utilisation d'un visualiseur HD en classe de primaire transforme radicalement la manière dont les cours sont dispensés. Ces dispositifs permettent...

Ce géant français révolutionne l’avenir de l’énergie en Europe grâce à l’acquisition de deux unités de production de biométhane aux Pays-Bas

ENGIE, le géant français de l'énergie, marque un tournant majeur dans son expansion européenne avec l'acquisition de deux...

La lune rose du 23 avril et ses conséquences (ce n’est pas ce que vous croyez)

Alerte rose ! La pleine Lune rose de ce mois-ci n'est pas ce que vous croyez ! La pleine...