La Suisse réinvente complètement la notion de captation de CO2 avec cette invention formidable pour purifier notre atmosphère

Date:

Le miracle du graphène : Une révolution dans la capture du CO2.

La lutte contre le changement climatique mobilise les esprits et pousse à l’innovation technologique. Parmi les avancées les plus spectaculaires, l’amélioration des technologies de capture du CO2 se distingue. Des scientifiques de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) viennent de franchir un pas significatif avec le développement de membranes en graphène d’une finesse atomique. Cet article explore cette percée scientifique qui pourrait bien changer la donne dans notre approche de l’industrie et de l’environnement.

Lire aussi :

L’urgence d’une technologie efficace pour capter le CO²

Face à l’urgence climatique, le développement de technologies permettant de réduire efficacement les émissions de dioxyde de carbone (CO2) des industries lourdes est crucial. Les sources industrielles telles que les centrales électriques, les cimenteries, les aciéries et les incinérateurs de déchets sont parmi les plus difficiles à réguler. Les méthodes actuelles de capture du CO2, bien que fonctionnelles, s’avèrent énergivores et coûteuses, limitant ainsi leur application à large échelle.

Cette découverte exceptionnelle vient concurrencer la fusion nucléaire et promet un changement radical pour la production d’énergie du futur

Un pas en avant avec le graphène

Le graphène, connu pour ses propriétés exceptionnelles, est au cœur de cette innovation. Les chercheurs de l’EPFL ont mis au point des membranes en graphène intégrant de l’azote pyridinique aux bords des pores, ce qui a permis d’améliorer significativement la capture de CO2. Cette avancée marque un tournant dans la recherche sur les membranes filtrantes.

Technique de fabrication avancée

La fabrication de ces films de graphène monocouche se fait par dépôt chimique en phase vapeur sur du cuivre. Des pores sont ensuite créés dans le graphène par oxydation contrôlée avec de l’ozone, suivi d’un traitement à l’ammoniac pour introduire l’azote pyridinique. Cette méthode sophistiquée assure une intégration précise de l’azote, crucial pour la performance de la membrane.

Une efficacité prouvée

Les résultats obtenus par les scientifiques sont impressionnants. Les membranes montrent une séparation CO2/N2 avec un facteur de 53 pour des flux gazeux contenant 20% de CO2, et un facteur supérieur à 1 000 pour des concentrations aussi faibles que 1% de CO2. Ces performances indiquent un potentiel énorme pour l’utilisation industrielle de ces membranes, même dans des conditions de faible concentration de CO2.

Vers une application industrielle

Le processus de préparation de ces membranes est non seulement efficace mais aussi scalable, permettant la production à l’échelle centimétrique. Cette scalabilité est essentielle pour leur déploiement dans des contextes industriels réels. L’équipe envisage maintenant de produire ces membranes en continu, ce qui pourrait révolutionner la gestion des émissions industrielles et contribuer à un environnement plus propre.

Implications pour le futur

L’utilisation de ces membranes pourrait transformer radicalement les pratiques industrielles en matière de gestion du CO2. En réduisant les coûts et les besoins énergétiques des processus de capture du carbone, cette technologie ouvre la voie à des solutions de CCUS (Capture, Utilisation et Stockage du Carbone) plus durables et économiques.

Ce géant français de l’énergie lance son nouveau combustible révolutionnaire aux États-Unis avec cette première usine pilote

Cet article explore la récente avancée dans le domaine des technologies de capture du CO2 grâce à des membranes en graphène modifiées par l’azote pyridinique. Ces membranes, développées par des chercheurs de l’EPFL, offrent une performance exceptionnelle en termes de sélectivité et de perméance, rendant la capture du CO2 plus efficace et économique. Cette innovation pourrait jouer un rôle clé dans la réduction des émissions industrielles, contribuant ainsi de manière significative à la lutte contre le changement climatique.

Source : Nature

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Guillaume AIGRON
Guillaume AIGRON
Très curieux et tourné vers l'économie, la science et les nouvelles technologies, (particulièrement ce qui touche à l'énergie et les entreprises françaises) je vous propose de vous faire profiter de cette passion à travers des articles d'actualité.

1 COMMENTAIRE

  1. Séduisant. Le graphène a des avantages.
    Pour les applications mentionnees, il manque des infos déterminantes.
    Déjà, quel débit de passage ?
    Ensuite, quel comportement avec des polluants comme le monoxyde de carbone ?
    Centrale thermique : l’oxycombustion existe et c’est plus simple de séparer l’azote dans de l’air que dans des fumées.
    Acierie : hydrogène est l’avenir.
    Incinérateur : ce n’est pas gagné, les fumées sont un mélange infâme avec entre autre du chlore.
    Bref, l’application immédiate serait de séparer l’azote et l’oxygène. Air Liquide va soulever une paupière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

Journée mondiale des serpents du 16 juillet 2024

La Journée mondiale des serpents du 16 juillet 2024, observée annuellement, s'avère une occasion primordiale pour sensibiliser le...

Le plus grand avion du monde étonne encore par son histoire tragique et son matériau principal avec lequel il était construit : le bois

"Spruce Goose" : L'histoire du géant des airs qui a marqué l'aviation Le Hughes H-4 Hercules, plus connu sous...

Ce Français leader mondial dans la construction durable investit 1,9 milliards d’euros dans ce champion australien et s’impose comme un acteur incontournable dans la...

Saint-Gobain révolutionne le marché australien avec une acquisition stratégique majeure. Saint-Gobain vient de conclure un accord définitif marquant une...

Les États-Unis inaugurent une première mondiale avec ce Ferry d’un nouveau genre et qui fonctionne exclusivement avec un carburant encore peu présent dans la...

Le premier Ferry à hydrogène du monde prêt à naviguer. Le MV Sea Change, premier ferry commercial à hydrogène,...