C’est arrivé un 19 octobre : le “Lundi Noir” fait chuter Wall Street en 1987

Date:

Le début de la tempête

Le 19 octobre 1987 est gravé dans les mémoires comme l’un des jours les plus tumultueux de l’histoire financière mondiale. Les cieux économiques, jusque-là relativement cléments, se sont assombris de manière inattendue, laissant place à une tempête qui a balayé les marchés mondiaux avec une force dévastatrice. Wall Street a été le théâtre d’un drame financier épique ce jour-là, perdant un stupéfiant 22,6 % de sa valeur en une seule session de trading, un événement qui a été par la suite baptisé “Le Lundi Noir”.

C’est arrivé un 29 septembre : le Dow Jones connait une chute historique en 2008

Les vents contraires des taux d’intérêt

Le krach boursier de 1987 trouve ses origines dans plusieurs facteurs clés :

  • Un endettement global doublé depuis la fin des années 1970, conduisant à un afflux massif de liquidités et un triplement de l’indice Dow Jones en une décennie.
  • Des fluctuations majeures et soudaines du dollar au milieu des années 1980, dues à l’adoption du système de changes flottants et renforcées par les accords de la Jamaïque.
  • L’utilisation répandue de “portfolio insurance”, un mécanisme destiné à réduire les risques, qui, en devenant prédominant, a créé un système auto-destructeur.
  • L’introduction de systèmes automatiques d’achat et de vente d’actions, qui ont amplifié et accéléré la chute des marchés. Suite à ce krach, des mécanismes de “coupe-circuits” ont été instaurés pour limiter les risques de telles chutes à l’avenir.

Une contagion globale

L’impact de ce krach ne s’est pas limité aux frontières des États-Unis. Il s’est propagé à travers les marchés mondiaux, provoquant des réactions en chaîne de sell-offs et de pertes considérables. Les bourses du monde entier ont ressenti les ondes de choc de cette débâcle, illustrant l’interconnexion et la vulnérabilité des économies globales face aux crises financières. Durant le mois d’octobre, une réduction significative des indices boursiers locaux a été observée à travers le globe :

  • À Hong Kong, une chute vertigineuse de 45,8 % a été enregistrée.
  • En Australie, les marchés ont subi une dévaluation de 41,8 %.
  • Au Royaume-Uni, une baisse de 26,4 % a été constatée.
  • Le Canada n’a pas été épargné non plus, avec une réduction de 22,5 % de ses indices boursiers.

La Fed à la Rescousse

Les banques centrales, sous la houlette de la Réserve fédérale des États-Unis (Fed), ont adopté une approche proactive et résolue, contrastant avec leurs réactions en 1929. Elles se sont engagées publiquement et fermement à fournir un refinancement d’urgence aux banques et courtiers en besoin, minimisant ainsi le risque systémique qui pesait lourdement sur les marchés financiers. Dès le 20 octobre 1987, la Fed a pompé d’importantes liquidités dans le système, parvenant à détourner une crise majeure.

Cette démarche proactive de la Fed s’est manifestée à plusieurs reprises durant la direction d’Alan Greenspan, y compris lors de la débâcle du hedge fund Long Term Capital Management le 23 septembre 1998, et suite aux événements tragiques du 11 septembre 2001.

Conséquences du Lundi Noir

Contrairement à la tragédie de 1929, le krach de 1987 n’a pas engendré une crise économique prolongée. Les taux d’intérêt à long terme ont chuté immédiatement après, et les marchés boursiers ont graduellement récupéré leurs pertes. Cependant, la stratégie adoptée par Alan Greenspan, qui consistait à saturer les marchés monétaires de liquidités pour contenir la crise boursière, a eu comme répercussion l’émergence de nouvelles bulles de crédit qui ont fini par éclater trois ans après.

Quant à l’indice Dow Jones, il est simplement retombé à sa valeur de 1986, soulignant ainsi que l’ascension fulgurante mais précaire de son cours qui a marqué l’année 1987.

Les leçons du Lundi Noir

Bien que la journée ait été marquée par le chaos et la confusion, le “Lundi Noir” sert également de rappel et de leçon précieuse. Il a souligné l’importance de la prudence, de la diversification et de la préparation dans la gestion des investissements et des portefeuilles.

Les échos de cette journée continuent de résonner à travers les couloirs de Wall Street, rappelant aux investisseurs et aux régulateurs les risques inhérents aux marchés financiers et l’importance de la diligence et de la résilience face à l’adversité.

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Guillaume AIGRON
Guillaume AIGRON
Très curieux et tourné vers l'économie, la science et les nouvelles technologies, (particulièrement ce qui touche à l'énergie et les entreprises françaises) je vous propose de vous faire profiter de cette passion à travers des articles d'actualité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

Ce champion français de la chimie investit 250 millions d’euros aux États-Unis et s’impose comme un acteur essentiel dans le secteur clé des semi-conducteurs

Air Liquide prend un nouveau tournant aux États-Unis. Dans un mouvement stratégique audacieux, Air Liquide a annoncé la construction...

Gagnant Concours Lépine 2024 : Artha caméra de reconnaissance 3D pour les malvoyants

Les lunettes Artha, lauréates du prestigieux Concours Lépine 2024, représentent une avancée technologique majeure pour les personnes malvoyantes....

Cybermenaces et pénurie de main-d’œuvre : un terrain fertile pour l’infiltration par des hackers

En France, comme dans de nombreux autres pays développés, la cybersécurité fait face à une grave pénurie de...

Les papas célibataires brisent les stéréotypes pour la fête des pères

À l'approche de la fête des pères, un événement marqué par l'affection et la reconnaissance envers les pères...