La France au cœur de la création de ce champ magnétique 280 000x plus puissant que celui terrestre et une gigantesque avancée pour la fusion nucléaire

Date:

Un exploit monumental dans le domaine de l’énergie de fusion vient de voir le jour grâce aux efforts combinés de l’Europe et du Japon, marquant un tournant décisif pour le projet ITER.

Ce développement promet de transformer notre approche de l’énergie durable. Voici un aperçu détaillé de ce progrès spectaculaire et de son importance pour l’avenir énergétique mondial.

Lire aussi :

Un magnétisme au cœur du projet ITER

Le projet ITER, une initiative internationale visant à simuler le processus énergétique des étoiles sur Terre, vient de franchir une étape cruciale. Les bobines de champ toroïdal, élaborés conjointement par l’Europe et le Japon, ont été récemment achevées. Ces composants massifs sont essentiels pour générer le champ magnétique 280 000 fois plus puissant que le camp magnétique terrestre pour maintenir le plasma superchaud au sein du tokamak, un dispositif expérimental en forme de beignet. Ce plasma est le lieu où la fusion nucléaire, source d’une énergie potentiellement illimitée et propre, se produit.

Bill Gates démarre la construction d’un réacteur Nucléaire Natrium de 345 mégawatts aux États-Unis : Les Américains entre stupeur et admiration

Fusion : Un complexe entre-deux entre science et ingénierie

Le coeur de l’ITER, le tokamak, est destiné à créer et contrôler un plasma de fusion à 150 millions de degrés Celsius, soit dix fois la température du noyau solaire. Pour y parvenir, un cocktail de technologies avancées est mis en œuvre, notamment des aimants supraconducteurs qui, une fois refroidis à -269 degrés Celsius, atteignent une conductivité électrique presque parfaite. Ces aimants sont conçus pour générer des champs magnétiques puissants capables de contenir et de modeler le plasma extrêmement chaud.

La Collaboration Internationale au cœur de cette innovation complexe

Le projet ITER est le fruit d’une collaboration entre plus de 30 pays, chacun apportant son expertise et ses ressources technologiques. Cette coopération internationale ne se limite pas aux contributions techniques, mais s’étend à un engagement financier majoritairement matérialisé par la fourniture de composants essentiels du tokamak. Parmi les contributeurs notables, on trouve des géants industriels tels que Mitsubishi Heavy Industries et Toshiba Energy Systems.

Les défis de la fabrication des bobines

La production des bobines toroïdales D nécessite une précision extrême et une coordination sans faille entre les divers centres de fabrication à travers le monde. Des milliers de kilomètres de filaments de niobium-étain sont transformés en conducteurs électriques entourés d’hélium liquide. Ce processus complexe comprend également l’assemblage minutieux de plusieurs “pancakes” pour former les bobines définitives.

L’impact environnemental et économique de l’ITER

En plus de fournir une source d’énergie potentiellement illimitée et propre, l’ITER est envisagé comme un tremplin vers la commercialisation de la fusion nucléaire. Si les résultats expérimentaux sont positifs, les futures centrales de fusion pourraient fournir une puissance considérable sans émissions de CO2, contribuant ainsi de manière significative à la lutte contre le changement climatique.

La fusion, un rêve plus si éloigné

Avec la mise en service prévue du tokamak ITER, les scientifiques et ingénieurs du projet sont à l’aube d’une nouvelle ère en matière de production d’énergie. Les résultats de ce gigantesque laboratoire pourraient redéfinir nos sources d’énergie et ouvrir la voie à une révolution énergétique basée sur la fusion nucléaire.

La France à la pointe de la recherche avec ce nouveau record battu pour la fusion nucléaire et des promesses pour l’avenir

Cet article explore le rôle crucial des bobines de champ toroïdal dans le projet ITER, un effort international visant à maîtriser l’énergie de fusion. Nous avons examiné les détails techniques de leur conception et fabrication, l’importance de la collaboration internationale et les implications potentielles de cette technologie sur notre futur énergétique et environnemental.

Source : Eurekalert

Image : ITER

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Guillaume AIGRON
Guillaume AIGRON
Très curieux et tourné vers l'économie, la science et les nouvelles technologies, (particulièrement ce qui touche à l'énergie et les entreprises françaises) je vous propose de vous faire profiter de cette passion à travers des articles d'actualité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

Airbus investit dans LanzaJet pour booster la production de carburants aéronautiques durables (SAF)

Airbus a récemment annoncé un investissement stratégique dans LanzaJet, une entreprise de technologie de pointe dans le domaine...

Airbus et Avolon montrent la voie vers une quasi-neutralité carbone de l’industrie aéronautique

Airbus a récemment annoncé un nouveau partenariat avec Avolon, un bailleur d'avions, pour étudier le potentiel des appareils...

Nouveau cap franchit pour la fusion nucléaire grâce à cette technologie “oubliée” depuis 30 ans

L'expérience WHAM franchit un nouveau cap dans la fusion nucléaire. En matière de recherche sur la fusion nucléaire, le...

Des requins drogués dans cette mer, mais par qui et par quoi ? L’étrange découverte faite au large de ce pays d’Amérique latine interpelle

La contamination par la cocaïne affecte la faune marine au Brésil. Des chercheurs brésiliens ont découvert que des requins...