Une équipe scientifique trouve un nouvel effet curieux et inattendu de la pollution de l’air

Date:

La pollution de l’air est un fléau mondial aux multiples facettes, nuisant non seulement à notre santé physique mais aussi à notre environnement de travail.

Une étude récente de la Judge Business School de l’Université de Cambridge révèle un nouvel effet néfaste de la pollution : une baisse significative de la performance des équipes, essentielles dans la résolution de problèmes complexes et l’innovation. Ce phénomène pourrait particulièrement affecter le développement économique dans les économies émergentes, où la pollution de l’air est souvent plus élevée.

Lire aussi :

Un cadre d’étude innovant : les escape rooms

L’étude s’est appuyée sur des données de 15 000 parties d’escape rooms à Londres, servant de métaphore pour les défis analytiques et collaboratifs rencontrés dans les milieux de travail modernes. Ces jeux exigent des participants qu’ils résolvent une série d’énigmes pour s’échapper d’une pièce, reflétant ainsi l’efficacité et la collaboration de l’équipe. L’analyse a montré que les jours de forte pollution, les équipes, notamment celles formées pour des exercices de team-building en entreprise, mettaient jusqu’à 5% de temps en plus pour résoudre les énigmes, indiquant une diminution notable de leur performance.

Ce que fait cette entreprise est-il le tournant tant attendu pour la révolution écologique en France ?

La jeunesse moins affectée

Intéressant à noter, l’effet de la pollution de l’air sur la performance des équipes ne s’est pas avéré significatif chez les participants de moins de 16 ans. Cette découverte suggère que les jeunes, moins engagés dans des tâches de travail non routinières, pourraient être moins sensibles aux effets de la pollution atmosphérique sur la performance cognitive et collaborative.

Une menace pour le développement économique

Les auteurs de l’étude soulignent que la pollution de l’air à des niveaux élevés, courante dans de nombreux pays en développement, pourrait sérieusement entraver les efforts de développement économique. Dans un monde où l’innovation et la résolution de problèmes complexes en équipe sont primordiales, les effets négatifs de la pollution sur ces processus peuvent représenter un frein significatif.

Implications mondiales

Cette recherche souligne l’impact universel de la pollution de l’air sur les environnements de travail modernes. Les auteurs mettent en lumière le fait que même des niveaux de pollution inférieurs aux lignes directrices actuelles de l’OMS peuvent nuire à la performance des équipes, mettant ainsi en évidence la nécessité de réviser les normes de qualité de l’air.

Les polluants sous la loupe

L’étude se concentre sur quatre polluants majeurs : le monoxyde de carbone, le dioxyde de soufre, le dioxyde d’azote et les particules fines PM2.5. Les résultats révèlent que tous ont un impact négatif significatif sur la performance des équipes, soulignant l’urgence de combattre la pollution atmosphérique pour maintenir une productivité optimale au travail.

Vers un avenir plus clair

Les résultats de cette étude appellent à une action urgente pour réduire la pollution de l’air, particulièrement dans les pays à revenu faible et intermédiaire où les niveaux de pollution sont les plus élevés. Réduire la pollution pourrait non seulement améliorer la santé publique mais aussi favoriser le développement économique en améliorant la capacité d’innovation et la performance des équipes.

Naissance du nouveau champion mondial de la fusion nucléaire en France ?

Cet article explore les effets néfastes de la pollution de l’air sur la performance des équipes, un élément clé de l’innovation et du développement économique. Basée sur une étude de la Judge Business School de l’Université de Cambridge, l’analyse démontre que même des niveaux modérés de pollution peuvent réduire l’efficacité des équipes dans les tâches analytiques et collaboratives. Cette découverte souligne l’importance de réduire la pollution de l’air non seulement pour la santé publique mais aussi pour le bien-être économique global, en particulier dans les économies émergentes.

Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0167487024000138?via%3Dihub

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Guillaume AIGRON
Guillaume AIGRON
Très curieux et tourné vers les nouvelles technologies, je vous propose de vous faire profiter de mon expertise pour tous les enjeux touchant au monde de l'entreprenariat et de l'assurance (milieu dans lequel j'ai évolué pendant de nombreuses années).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

GPS de smartphone au volant, vous risquez une amende de 150€

Aujourd'hui, les smartphones sont devenus indispensables dans notre quotidien et leur utilisation s'est même étendue à nos déplacements...

Déforestation et Café : Ce que votre tasse ne vous dit pas

Le Cirad, en collaboration avec l’International Standard for Information in Coffee (ISIC), a récemment publié une étude dans...

La régulation de la shrinkflation : une nouvelle ère de transparence pour les consommateurs

La pratique commerciale controversée connue sous le nom de "shrinkflation", qui consiste à diminuer la quantité d'un produit...

Le collège Aliénor d’Aquitaine en finale du 17e Concours CGénial

Le 15 mai 2024, le collège Aliénor d'Aquitaine de Salles (Gironde) disputera la finale du 17e Concours CGénial...