Quel est cet objet que cette caméra révolutionnaire est capable de voir à 25 km de distance ?

Date:

Le 27 mars 2024 restera gravé comme une date emblématique dans l’histoire de l’astronomie, marquant l’achèvement de la caméra numérique la plus grande jamais construite pour l’observation du cosmos.

Après vingt années de développement intensif, l’équipe de scientifiques et d’ingénieurs du Laboratoire National d’Accélérateur SLAC, en collaboration avec de nombreux partenaires, célèbre la finalisation de la Caméra LSST. Cette prouesse technologique, une fois installée sur le télescope Simonyi pour l’Enquête de l’Observatoire Vera C. Rubin, ouvrira de nouvelles voies pour l’exploration de notre Univers avec une précision inégalée. Pendant sa décennie d’opération, cette caméra de 3200 mégapixels collectera des données précieuses sur le ciel nocturne austral, promettant des découvertes révolutionnaires sur l’énergie noire, la matière noire, l’évolution du ciel nocturne, la Voie lactée et notre système solaire.

Lire aussi :

Un projet de collaboration internationale

L’Observatoire Vera C. Rubin est le fruit d’une collaboration entre la Fondation Nationale des Sciences (NSF) des États-Unis et le Département de l’Énergie (DOE), géré conjointement par le NSF NOIRLab et le SLAC. Cette union de forces vise à produire, comme le souligne Željko Ivezić, directeur de la construction de l’Observatoire Rubin, “le film le plus grandiose et la carte du ciel nocturne la plus détaillée jamais réalisée”.

La Nasa dévoile une photo d’un amas d’étoiles représentant un sapin de Noël

La caméra LSST : Un géant de la technologie

La caméra LSST se distingue par sa taille comparable à celle d’une petite voiture et son poids d’environ 3000 kg. Sa lentille principale, d’un diamètre de plus de 1,5 mètre, représente la plus grande jamais conçue pour un tel usage. L’ensemble du système, y compris un plan focal composé de 201 capteurs CCD sur mesure, promet une planéité et une précision remarquables, chaque pixel mesurant seulement 10 microns de large.

La caméra LSST peut voir une balle de golf à 25 km.
La caméra LSST peut voir une balle de golf à 25 km.

Une capacité de capture révolutionnaire

Le véritable atout de cette caméra réside dans son champ de vision exceptionnel, capable de couvrir une étendue du ciel sept fois plus vaste que la pleine lune. “Ses images, si détaillées qu’elles pourraient distinguer une balle de golf à environ 25 kilomètres de distance, vont révolutionner notre compréhension de l’univers”, affirme Aaron Roodman, professeur au SLAC et directeur adjoint de l’Observatoire Rubin.

Au-delà des frontières de la physique fondamentale

Cette avancée technologique arrive à un moment crucial où l’expansion de notre connaissance de l’univers exige une exploration plus poussée de ses confins. Kathy Turner, gestionnaire du programme Cosmic Frontier au DOE, met en lumière l’importance de cette caméra pour répondre aux questions les plus pressantes de la physique aujourd’hui.

Prête pour l’aventure chilienne

Après des tests approfondis au SLAC, la caméra LSST est prête à être expédiée au Chili. Elle sera installée sur le télescope Simonyi sur le mont Cerro Pachón, à 2737 mètres d’altitude, marquant une étape décisive vers le lancement de l’Enquête Legacy sur l’Espace et le Temps.

Une vision élargie de l’Univers

La mission principale de la caméra LSST est de cartographier et de mesurer la luminosité d’un nombre astronomique d’objets célestes, facilitant ainsi l’étude des lentilles gravitationnelles faibles, la distribution de la matière noire, et offrant une vue plus complète sur la formation de notre système solaire.

L’Aéroport de Bordeaux s’envole avec la société Dark pour nettoyer l’espace

Cet article explore l’achèvement de la construction de la caméra numérique la plus grande dédiée à l’astronomie, une prouesse qui promet d’élargir notre compréhension de l’univers. Grâce à son champ de vision sans précédent et sa capacité à capturer des détails infimes, cette caméra jouera un rôle clé dans la découverte de nouveaux phénomènes cosmiques, offrant aux chercheurs une mine d’informations sur l’énergie noire, la matière noire, et bien plus encore.

Source : https://rubinobservatory.org/

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Media24.fr dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

Nous rejoindre en un clic
Suivre-Media24.fr

Guillaume AIGRON
Guillaume AIGRON
Très curieux et tourné vers les nouvelles technologies, je vous propose de vous faire profiter de mon expertise pour tous les enjeux touchant au monde de l'entreprenariat et de l'assurance (milieu dans lequel j'ai évolué pendant de nombreuses années).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles connexes

GPS de smartphone au volant, vous risquez une amende de 150€

Aujourd'hui, les smartphones sont devenus indispensables dans notre quotidien et leur utilisation s'est même étendue à nos déplacements...

Déforestation et Café : Ce que votre tasse ne vous dit pas

Le Cirad, en collaboration avec l’International Standard for Information in Coffee (ISIC), a récemment publié une étude dans...

La régulation de la shrinkflation : une nouvelle ère de transparence pour les consommateurs

La pratique commerciale controversée connue sous le nom de "shrinkflation", qui consiste à diminuer la quantité d'un produit...

Le collège Aliénor d’Aquitaine en finale du 17e Concours CGénial

Le 15 mai 2024, le collège Aliénor d'Aquitaine de Salles (Gironde) disputera la finale du 17e Concours CGénial...